Adopter un chien en Guadeloupe

Jamais je n’aurais imaginé rentrer de Guadeloupe avec un chien. C’est pourtant ce qui m’est arrivé, et ce qui arrive finalement à pas mal de personnes qui une fois arrivées sur l’archipel se retrouvent confrontées à une réalité qui attriste : les chiens errants y sont extrêmement nombreux, résultat d’un rapport antillais / chiens très particulier. Souvent j’ai détourné le regard, ne sachant que faire face à cette forme de misère. Si les plus forts et les plus futés s’en sortent bien, d’autres meurent de faim ou rongés par des parasites. Et c’est souvent lors de leurs premiers mois d’existence que tout se joue.

 

Ma rencontre avec Tya et Cheyenne

Ce jour là, j’avais décidé de faire le tour de l’île de Basse-Terre. En passant par les plages et chemins de Deshaies, Bouillante, et puis finalement Vieux Habitants où j’ai décidé de remonter la Grand Rivière. Sur la route j’esquive de justesse un chiot mort, certainement percuté par une autre voiture. Un peu secoué, je continue de m’enfoncer dans la forêt. C’est alors que, seulement quelques minutes plus tard, les cris de deux chiots m’interpellent : du coin de l’oeil j’arrive à percevoir qu’un des deux porte un collier. Ici, loin de toute forme de vie humaine. Comprenant de suite qu’ils avaient lâchement été abandonnés loin des regards, je décide de m’arrêter au moins pour lui retirer le collier et ainsi lui éviter de mourrir étouffé par sa propre croissance.

 

Vidéo enregistrée à l’instant de ma rencontre avec Tya et Cheyenne.

 

Mais ce qui devait arriver arriva et j’ai baissé ma garde. J’ai donc décidé de les prendre en charge et de leur trouver une famille. C’est une connaissance assistante-vétérinaire qui m’a conseillé de m’orienter vers l’association « Les Loulous de Gwada » qui s’occupe de trouver des familles d’accueil aux chiens et de les rapatrier en France s’ils trouvent un adoptant. Aussi ils prennent en charge les frais de vétérinaire, ce dont les deux chiots avaient grandement besoin.

C’est ainsi que Tya et Cheyenne sont entrées dans ma vie. De jours en jours, de semaines en semaines, j’ai fait leur éducation. Nous avons fait des promenades inoubliables ensemble. Et finalement Tya a été adoptée et son départ a été un véritable choc qui m’a poussé à adopter Cheyenne. Si j’ai toujours côtoyés des chiens, je ne pensais vraiment pas être prêt à en adopter un dans cette période de ma vie. Et pourtant…

 

 

Partir en Guadeloupe pour sauver un chien…

C’est un fait qui donne le vertige et qui souligne à quel point acheter en élevage est un non-sens. Voyager en Guadeloupe une semaine revient approximativement à 700-800 euros par personne… vol, hotel, et nourriture inclus. Un chien d’élevage coûte souvent entre 800 et 1200 euros. Il est donc plus avantageux de s’offrir un voyage sur cet archipel merveilleux et d’en repartir avec un chien que vous aurez sauvé et des souvenirs plein la tête, que d’en acheter un en métropole. En prime vous aurez la fierté d’avoir sauvé une vie.

Trouver un chien en Guadeloupe est plus simple que de trouver un restaurant. Il y en a absolument partout et de tous âges. Dans la nature, au bord des routes, en ville… C’est très déroutant au départ, mais après quelques semaines ça fait partie du décor. Malgré tout j’ai vite pris la décision de nourrir ceux que je croisais lorsque je promenais Cheyenne. Et c’était en même temps l’occasion de l’habituer aux autres chiens !

Petite précision importante si vous décidez de faire ça : il faudra absolument passer voir un vétérinaire pour obtenir un certificat de bonne santé nécéssaire pour faire prendre l’avion à un chien. Aussi, pensez à choisir un lieu de résidence où il sera admis de venir avec un animal.

 

 

… Ou rester en métropole et passer par une association

Les associations qui proposent l’adoption avec rapatriement sont nombreuses. Je ne connais que la SPA et Les Loulous de Gwada, mais si vous cherchez vous en trouverez d’autres. Il faut toutefois participer aux frais (soins, nourriture, ect…) qui avoisinent la plupart du temps les 200 euros. Pour avoir des nouvelles de Tya très régulièrement, je peux affirmer que c’est aussi une excellente façon d’adopter un chien guadeloupéen ! Je vous encourage d’ailleurs à jeter un oeil à la page des Loulous de Gwada qui recense tous les chiens actuellement à l’adoption 🙂
 

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.


 

Le Berger Créole

En Guadeloupe et partout dans les Antilles, la race la plus répandue est celle du Berger Créole. Et pour cause : elle s’est formée au fil du temps par le mélange de centaines de générations de chiens errants. Petit à petit ce mélange est devenu homogène, formant cette nouvelle race primitive.

 

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un chien primitif, il s’agit à la base des races très peu modifiées par l’Homme. On y retrouve par exemple le Husky de Sibérie et le Shiba Inu pour ne citer que les plus célèbres. Ce sont des chiens très proches de leur instinct de survie, et de ce fait très intelligents. Même si chaque individu reste unique, ils ont pour la plupart un tempérament bien trempé et une personnalité vraiment marquée. Ils sont aussi très communicatifs.

Et je vous le dis avec quelques mois d’expérience, mais vivre avec un chien primitif demande un grand sang-froid. Éduquer ce type de chien m’a fait apprendre beaucoup sur moi-même et m’a fait passer par de nombreuses remises en question. Ce ne sont pas des chiens avec lesquels il faut créer un rapport de force, mais au contraire il faut devenir leurs partenaires. Les laisser venir à vous, et leur laisser croire que les décisions viennent d’eux. Ça demande d’apprendre à les connaitre et de parler le même langage qu’eux.

 

 

Pour en revenir au Berger Créole, c’est un chien réputé pour être un bon gardien. Et je l’ai constaté avec Cheyenne : elle intimide tout ce qui ressemble à une menace mais n’attaque jamais. Là aussi, ça demande beaucoup de maitrise de soit : difficile de ne pas s’énerver quand elle s’en prend à un enfant en vélo deux fois plus petit qu’elle !
Ce sont des chiens robustes, chasseurs, endurants, joueurs, et qui s’adaptent à toute situation. Mais surtout ce sont des chiens incroyablement intelligents. Lorsque j’ai réussi à créer « le » lien avec Cheyenne, elle a commencé à assimiler tout ce que je tentais de lui apprendre en seulement quelques jours. Et pour finir, je ne sais pas si c’est propre à elle, mais elle me voue une confiance aveugle. Si je lui demande de traverser une rivière dont le courant est trop fort ou de descendre un mur trop haut, elle se lancera sans hésiter.

 

 

Foncez !

Voici donc un résumé assez complet de mon expérience sur l’adoption d’un chien en Guadeloupe. Bien sûr adopter même en métropole revient dans tous les cas à sauver une vie, mais l’archipel guadeloupéen connait une véritable situation de crise. Le chien étant pour la plupart des gens très mal vu, et considéré encore comme un objet pour ceux qui en possèdent, très peu sont stérilisés et les chiots sont jetés dans la rue (s’ils n’y sont pas nés) une foi sevrés. C’est pour cette raison que je vous encourage pleinement à suivre la même démarche que moi et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des chiens de l’archipel.

Si vous hésitez, réfléchissez-y ! Et s’il s’agit d’une de vos connaissances faites-lui passer l’information.

Au passage, je vous invite à jeter un coup d’oeil au compte Instagram de Cheyenne que j’alimente au compte goutte :
https://www.instagram.com/thegwadadog/

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  • Clo 4 avril 2019   Réponse →

    Très beau geste, bravo ! Les chiens errants sont très nombreux en Guadeloupe, sans parler des chats. Les animaux sont souvent maltraités, non stérilisés et trop souvent abandonnés. Si cet article permet d’en faire adopter au moins un ce serait une victoire.

    Une jeune femme guadeloupénne

    • Raphaël GILLES 4 avril 2019   Réponse →

      J’espère de tout cœur qu’il aidera à sauver -au moins- une vie !
      Je pars demain, et c’est avec le cœur lourd que je laisse derrière moi quelques chiens que je nourrissais quotidiennement. J’espère vraiment que ça ira pour eux !

Laisser un commentaire

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer