De la hauteur

Prendre de la hauteur avec mon drone me permet parfois de trouver des endroits que je n’aurais jamais eu l’idée d’explorer avant ! Ici non-loin de Matouba, avec cette vue extraordinaire sur les monts Caraïbes !

Merci

Pauvre idiot.

Toi qui m’as encadré une majeure partie de ma vie. Qui m’as vu grandir. Qui m’as servi de tuteur.
Toi qui savais me remettre à ma place. Toi que j’ai vu vieillir. Toi que j’ai défié.
Pendant que mes rides apparaissaient, les tiennes se creusaient.
Pendant que mon corps se renforçait, le tien s’affaiblissait.
Et, alors que mes envies d’ailleurs prenaient le dessus, tu étais toujours là quand je revenais.
Tel un repère.
Tel un grand-père.

Finalement tu n’étais qu’un crétin.
Merci.

Trace de la Grande Pointe

Me voici sur un sentier qui s’écarte de la trace de la Grande Pointe. C’est un endroit que j’apprécie tout particulièrement pour l’énergie que la mer y dégage. De grandes vagues s’y fracassent dans un bruit et un stimuli visuel revigorants !

Mais un jour, alors que je me promenais avec Cheyenne, elle m’a emmené à travers la végétation jusqu’à un ancien moulin. Dernière marque humaine avant ce petit chemin qui, d’apparence pourtant très classique, regorge de charme.

Bienveillance

En arrivant en Guadeloupe et après une réflexion (et une pause) de plusieurs mois, j’ai pris la décision de changer le type de contenu que je proposais jusqu’à présent. Plus personnel, plus intime, plus centré sur moi-même. Quand à l’époque je me suis professionnalisé en tant que photographe et vidéaste c’est tout naturellement et de façon totalement inconsciente que j’ai appris à m’effacer : laissant la belle place au sujet.
Mais la belle place, j’ai décidé de me l’offrir et de mettre mes capacités au service de… moi-même, de mes idées, et de mes convictions.  Car le malheur de toute personne étant emphatique et sachant « fabriquer » une image est d’attirer un type d’individu qui a besoin de ça pour exister : le pervers narcissique. Plusieurs fois dans ma vie j’ai été exploité, trompé, et laissé pour compte. Totalement dépouillé. Ce sont des personnes extrêmement destructrices et qui laissent une très grande sensation de vide intérieur quand enfin elles sortent de votre vie. Et puisque le karma n’existe pas : elles connaissent toujours une grande réussite sociale et professionnelle car elles savent manipuler avec une aisance incroyable.  Finalement, alors que mes compétences ont été les outils de leurs réussites… elles m’ont laissé là : agonisant dans le désert.

C’est donc pour me re-reconstruire que je rend mon contenu plus humain. Que je m’exprime désormais dans ma langue maternelle. Que je vous fais part de mes faiblesses et de mes doutes. Car les afficher c’est aussi essayer de les assumer. Essayer. Et que vous soyez là pour regarder mes photos ou lire mes textes, sachez que votre participation bienveillante est plus efficace que toutes les séances de psy que j’ai pu faire ! 😆

Et c’est cette bienveillance que je veux encourager.  Sans faire preuve d’un excédent de naïveté, je veux encore croire que le partage et la générosité existent. Que la concurrence n’est rien face à l’entraide. Et que si vous me suivez, c’est parce que vous vous reconnaissez dans ces valeurs humaines et écologiques que j’exprime quasi-quotidiennement. Et j’aimerai qu’ensemble, en toute simplicité, nous construisions une communauté bien intentionnée.

Explorer le monde

Explorer le monde pour me découvrir moi-même. Un vagabondage inarrêtable, pulsionnel, viscéral. À la conquête de mon inconscient.
Complexité d’un itinéraire aléatoire. Magnificence des destinations trouvées. Alors que certains glissent sur l’autoroute du bonheur, je m’écorche sur les sentiers de la plénitude.

Encore merci à Sixt Antilles de m’avoir permis de réaliser ce contenu !

Courbe

La Basse-Terre et ses sentiers qui traversent une verdure luxuriante 🥰

La suite de mon aventure au volant de la Dacia Duster de Sixt Antilles ✌️

Instant érotique

Inspire… Expire… Inspire… Expire… Un courant d’air sillonne tes formes imparfaites. Tu frissonnes. Aussi légères qu’un duvet de nuages, mes mains se mettent à leur tour à te parcourir et te font transpirer.
Nos sens s’éveillent. Nos esprits s’enlacent. Le temps cesse d’être un repère, remplacé par l’intensité du plaisir. Éruption.

S’égarer

Parfois il arrive de s’égarer. De changer de direction si soudainement qu’il devient difficile de s’y retrouver. Sans repères auxquels se fier. Ce genre de situation nous oblige à lever les yeux et à observer l’environnement dans lequel nous nous trouvons. A être attentif au moindre détail qui nous permettrait d’avancer encore.
Dans cette mise en danger volontaire ou involontaire, parfois nous nous trouvons ou retrouvons. Parfois nous nous perdons. Mais qui sait ? Peut-être que derrière ce décor inconnu se trouve une merveille qui ne demande qu’à être contemplée.

Je vous raconte bientôt les quelques jours que j’ai pu passer au volant de la Dacia Duster, grâce à Sixt Antilles que je remercie au passage de m’aider à explorer la Guadeloupe 🥰

En partenariat avec @sixtantilles.

Cette rivière

Où peut bien mener ce petit cours d’eau ? Seule son exploration permettrait d’en faire la découverte.
Explorer. Découvrir. J’en suis persuadé, ces deux mots sont pour l’Homme aussi essentiels que… Manger. Boire. Dormir. Procréer.

Nous sommes des êtres qui jouissons de leurs progressions. Et comment progresser sans découvertes ? Comment avancer sans explorer ? Comment s’épanouir dans une routine prémachée ? Comment s’endurcir sans sortir des sentiers battus ?

Si mon passé n’est presque constitué que d’échecs qui me poussent à ne plus prendre de risques, je continue ce hors piste de la vie avec prudence mais non sans curiosité. Et un jour qui sait, peut être arriverai-je à trouver où va cette rivière.

Airer

Entre la mer et l’étang, le courant de mes pensées allait et venait au rythme des vagues.

Sous ce soleil à la chaleur rassurante, je me demandais où pouvait bien mener cette plage. Mes pieds s’enfonçant dans le sable brûlant, je savourais cet instant d’errance hasardeuse.

N’est ce pas là le but de la vie ? Explorer sans trop savoir où nous nous aventurons ? Sommes-nous voués à essayer de tout maîtriser ? Où vaut-il mieux accepter que finalement seul le hasard est maître de demain ?

Je ne peux pas décider de comment réagira le moindre grain de sable, la moindre goutte d’eau, ou la moindre feuille qui composent ma vie. Alors que faire ?

Mes pieds dans le sable brûlant, entre la mer et l’étang, j’aire.