Désordre ordonné

Si j’aime photographier la nature dans ses détails c’est bien pour une raison qui me tient à cœur. On retrouve en effet dans les plus fines coutures de la nature ce qui s’approche le plus de la perfection selon moi.

Quand on regarde la forêt dans son ensemble, tout paraît être un énorme désordre. Pourtant plus on s’approche d’un élément la composant, plus on réalise que finalement tout ce bordel est incroyablement bien organisé.

Pour chaque plante, chaque animal, chaque rivière ce sont des milliers, des millions d’années d’adaptation pour s’accorder à son voisin. Pour participer à un équilibre et pouvoir vivre dans son environnement.

N’oublions pas que ce n’est pas à la nature de s’adapter à nous, mais à nous de nous adapter à la nature dans laquelle nous vivons et dont nous faisons partie.

Précision

Je suis fasciné par la précision de chaque élément qui compose la nature. La conception de cette feuille par exemple, bien qu’imparfaite, est le fruit d’une extraordinaire finesse.

Photo prise avec mon Sony A7S II + Sigma 35mm f/1.4 ART.

L’appel de la jungle

Le temps passe, mais n’a jamais raison de nos instincts primitifs. Si nous, les « Hommes modernes », nous sommes habitués à vivre entre quatre murs, c’est pourtant en sortant de notre zone de confort que nous pouvons enfin commencer à vivre. La forêt des Antilles me rappelle à quel point j’ai besoin de la nature pour exister.

Paradoxalement, elle n’a pas besoin de moi… ni de l’humain. Et en effet apprendre à apprécier la nature c’est aussi apprendre à rester humble.

Photo prise avec mon Sony A7S II et le Sigma 35mm f/1.4 ART.

Les choses simples

Juste parce que parfois, les choses simples sont les plus belles. Pas de grande histoire, pas d’anecdote. Juste le plaisir de la simplicité.

Photo prise avec mon Sony A7S II.

Détails

Les paysages de la Guadeloupe sont somptueux, mais vous savez que j’aime aussi photographier les détails.

Photo prise avec mon Sony RX100 V.

Solitaire

Salut toi!
Oui, toi.
Tu dois te sentir bien seul enraciné au bord de cette route que tout le monde emprunte. Est-ce que tu comptes les voitures qui passent?
Tu as l’air plus frêle que les autres.
Certains diront même de toi que là où tu as poussé, loin de tes congénères, tu n’es pas rentable.

Pourtant tu es là. Malgré toi.
Et le fait que tu aies réussi à évoluer dans un environnement si austère à ton espèce fait de toi une entité incroyablement forte.
Seul au milieu de nulle part, tu te démarques. Alors que tous les autres, entassés dans un champs, se confondent. Certes leur existence a un sens. Mais la tienne est infiniment plus exceptionnelle.

Jamais une fleur ne m’avait autant touché que toi. Te voir ici, refléter ma propre experience, m’a donné envie de pleurer. Et je te le promet : jamais je ne t’oublierai.

Photos prises avec mon Sony A7S II.

Veronica chamaedrys

Parfois, il faut savoir apprécier ce qui est simplement beau.
Photo prise avec mon Sony A7S II équipé du Sigma 35mm f/1.4 ART.