49.3 nuances de fascisme

Il se passe en France et ailleurs dans le monde quelque chose d’inédit. Les pays dans lesquels l’ingérence américaine se fait la plus forte voient les voiles du fascisme se gonfler d’un grand vent néolibéral. En réponse à cette montée en puissance de ces régimes, des insurrections éclatent partout sur la planète. C’est dans ce genre de situation que l’histoire se fait criante. Aujourd’hui elle nous rappelle que toujours dans les périodes les plus sombres des derniers siècles, le capitalisme était quelque part à l’œuvre.

Lire la suite

« Il va falloir s’y faire ! »

C’était au début du mois de janvier 2020. Une scène de vie on ne peut plus banale. J’accompagne mon petit frère se faire soigner les dents, quand le dentiste engage la conversation sur les températures incroyablement douces pour cette période de l’année. Il a raison : 18 degrés la journée, à peine en dessous de 10 degrés la nuit. Il pointe le néolibéralisme du doigt. Très bien, nous allons pouvoir nous entendre ! Mais au fil de la discussion une phrase, aussi anodine puisse-t-elle sembler, lui échappe : « Il va falloir s’y faire ! »
À son écoute je sens mon cœur qui s’emballe. L’émotion me submerger. Était-ce de la colère ? Était-ce de la peur ? Tout est allé trop vite pour que je m’en souvienne. Peut-être un peu des deux. Le fait est que sur le moment et avec le manque de recul, je n’ai rien trouvé de plus hasardeux que de lui répondre que ce n’était peut-être pas une bonne idée.

Lire la suite

Un autre monde est possible

Cela fait maintenant quelques mois que je suis de retour en France. J’avais lu moults articles relatant la difficulté de revenir après un long voyage. Je savais. Pourtant j’ai vécu de plein fouet ce que certains appellent “le blues du voyageur”. A la différence que je ne me sentais déjà pas chez moi dans l’hexagone avant mon départ, et qu’en plus de vivre un manque et un décalage par rapport à mes proches, j’ai la confirmation certaine que ma place est ailleurs.

Je le ressentais avant et en ai eu la confirmation lorsque, comme pour faire un état des lieux, j’ai commencé à photographier la nature et les paysages. Les pays néolibéraux dépensent toute leur énergie à faire la guerre au vivant. De ce fait, après des décennies d’objetisation de la vie, il est devenu extrêmement difficile en France de trouver un paysage non affecté par l’activité humaine. Que ce soient des lignes à haute tension, des routes, des maisons, des tranchées, des villes, ou encore des monocultures, seuls les lieux les plus arides résistent face à notre avancée mortifère. A titre d’illustration il est bon de savoir que 9m2 de nature disparaissent sous le béton chaque seconde. Soit l’équivalent de la surface de 1 à 3 départements par décennie. Bien entendu cela va en s’accélérant.

Lire la suite

Ce que je vais publier sur mon blog

Très rares seront ceux d’entre-vous qui se rappelleront de mon premier blog. Nous étions entre 2006 et 2011, et il me tenait à coeur de rédiger régulièrement des articles sur mes coups de coeur. Ça pouvait être une vidéo, une série, un objet, un évènement. Bref, le contenu que je proposais sur mon site était divers et varié et ne ciblait pas une niche particulière. Car en tant qu’être humain, j’ai mes complexités et les faces de ma personnalité sont multiples.

Lire la suite

uTip est-il l’avenir du partage sur internet ?

Vous le savez, le partage sur internet et l’internet du partage sont des sujets qui me tiennent à coeur. Étant moi-même créateur de contenu depuis 2003 j’ai connu une période durant laquelle Facebook, YouTube et Instagram n’existaient pas. Partager du contenu était alors plus laborieux mais rarement non-récompensé comme ça peut-être le cas aujourd’hui.  Le travail, la qualité ou encore l’énergie dépensée sur un projet étaient souvent (mais pas toujours) l’assurance que celui-ci aurait du succès. L’arrivée des algorithmes sur les principales plateformes a cassé cette dynamique du partage ne valorisant que le profit économique et ne laissant la place qu’aux personnes déjà très suivies ou aillant les moyens de se payer de la visibilité. Ce mécanisme a alors tiré toute la qualité et la diversité qu’offrait internet auparavant vers le bas : pourquoi perdre du temps à créer du contenu intéressant et original quand un seul bouton “promouvoir” permet de toucher autant de monde qu’on le souhaite ? Quand aux véritables créateurs de contenu, ces algorithmes ont délaissé leur travail préférant afficher des publicités à la place.

Lire la suite

Le jour où j’ai quitté Facebook

Ça y’est ! J’ai fait le grand saut ! Il y a pile-poil une semaine que j’ai quitté Facebook. Bien sûr ça ne s’est pas fait sur un coup de tête, et je vous expliquais déjà il y a quelques mois pourquoi je m’éloignais des médias sociaux. Pour certains le faire est impossible à envisager. Pour d’autres c’est un désir latent mais compliqué à mettre en oeuvre. Et puis il y a ceux, comme ce fut mon cas, pour qui c’est une nécessité à laquelle il est impossible d’échapper. J’ai donc décidé d’écrire une note pour expliquer quelles ont été mes motivations, et comment je m’y suis préparé tout en douceur.

Lire la suite

Pourquoi je m’éloigne des réseaux sociaux

Très souvent les articles dotés d’un titre proche de celui-ci tendent à expliquer que les réseaux sociaux sont nocifs pour le bien être mental, que ce qui y est publié ne correspond pas à la vraie vie, ou encore que par respect de notre vie privée il est bon de s’en détacher. Ce ne sera pas le cas aujourd’hui. Car dans cet article je vais vous expliquer pourquoi les géants des réseaux sociaux, et en particulier Facebook et Instagram, se transforment peu à peu en médias sociaux. Et pourquoi le terme social ne reste pertinent que parce qu’on peut y ajouter des contacts. Ainsi vous comprendrez pourquoi en tant que créateur de contenu, j’ai décidé de me détacher de ces médias.

Lire la suite

On reprend tout à zéro! (ou presque)

Comme vous avez pu le constater, j’ai été très absent des réseaux sociaux ces derniers mois. Je n’étalerai pas ma vie ici et les raisons sont multiples et personnelles. J’écrirai tout de même un article sur ce que je pense de ces sites aujourd’hui, et pourquoi je considère qu’ils sont devenus tout, sauf sociaux. Malgré tout j’ai continué à publier de façon ponctuelle sur Instagram, et je souhaite continuer à faire vivre mon site auquel je suis attaché.

Lire la suite

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer